Les SOFICA SOFITVCINE sont des sociétés qui ont pour objet exclusif le financement d’œuvres cinématographiques et audiovisuelles françaises et européennes. En 2020, SOFITVCINE 9 a consolidé sa position parmi les leaders du marché avec un capital social chiffré à 10,07 millions d'euros.

Depuis une dizaine d'années, les SOFICA SOFITVCINE ont participé aux financements de nombreux films tels que EiffelAnnette, MandibulesHors normesLe Chant du Loup, Docteur?, Sauver ou Périr, ou encore le film d'animation J'ai perdu mon corps, nominé aux prestigieux oscars en 2020.

Mais les SOFICA SOFITVCINE, c'est aussi le financement de nombreux programmes TV comme Zone Blanche, Un Village Français mais aussi des séries d'animation à succès comme Oggy et les cafards et Simon

 

QU'EST-CE QU'UNE SOFICA ?

Les SOFICA SOFITVCINE sont des Sociétés pour le Financement de l’Industrie Cinématographique et Audiovisuelle de droit français (Sofica).

Une SOFICA a pour objet exclusif le financement d’œuvres cinématographiques et audiovisuelles françaises et européennes.

La SOFICA est financée par des actionnaires particuliers qui bénéficient d’un crédit d’impôt.

La SOFICA réalise ses investissements :

• sous la forme de contrat de développement pour financer l'écriture de la bible, d'un scénario ou encore la recherche de décors ou du casting. Cet investissement est récupéré dès la mise en production de l'œuvre.

• sous la forme de contrat d'association avec recettes sur l'exploitation des œuvres. Un film à succès peut engendrer des recettes supérieures à l'investissement de départ.

• sous la forme de contrat d'association avec garantie de rachat par les producteurs ou distributeurs. Ainsi, au moment même de l'investissement, la SOFICA se garantit la récupération de son apport initial, le risque ne reposant plus sur le succès de l'œuvre. 

Pour plus d’informations : https://www.cnc.fr/professionnels/aides-et-financements/multi-sectoriel/production/les-sofica_759536

Les SOFICA SOFITVCINE sont membres de l'Association de Représentation des SOFICA : l'ARS.

Un marché audiovisuel français dynamique :

Investir en SOFICA offre l’opportunité de participer au financement d’une industrie cinématographique et audiovisuelle dynamique, partie intégrante du patrimoine français et aux perspectives très prometteuses.

D’importants revenus peuvent être générés par l’exploitation de films et de séries à travers des supports diversifiés et étalés dans le temps : entrées salles France, ventes internationales, DVD, service de vidéo à la demande à l’acte (VOD), chaînes TV, service de vidéo à la demande par abonnement (SVOD), produits dérivés, ventes de droits de remake à l’étranger…

La production française est largement demandée par l’ensemble de ces diffuseurs.

Nationalement d’abord, car les français sont cinéphiles. Depuis la réouverture des salles de cinéma en mai 2021, ils ont prouvé leur envie d’y retourner et cela malgré des restrictions sanitaires strictes. En juillet 2021, par exemple (mois de mise en place du pass sanitaire), la fréquentation des salles a atteint 14,1 millions d’entrées, soit 3 fois plus qu’en juillet 2020 et seulement 22,8% de moins qu’en juillet 2019, année pourtant record en termes de fréquentation.

La crise sanitaire a clairement accéléré la consommation de films et de séries en vidéo à la demande par abonnement (la SVOD). Les plateformes de streaming sont devenues les nouveaux grands acheteurs de contenus français pour satisfaire les plus de 6 millions d’abonnés aujourd’hui en France. Un chiffre qui a littéralement explosé en 2 ans. Elles vont aussi accroître leur participation dans le secteur avec de nouvelles obligations de financement. Depuis le 1er juillet 2021, elles doivent investir 20 à 25% de leur chiffre d’affaires France dans le cinéma et l’audiovisuel français en contrepartie d’une place plus avancée dans la Chronologie des Médias. Ces changements structurels importants augmentent fortement la demande de films et de séries sur le marché, auparavant portée principalement par les chaînes TV. La production française a donc de beaux jours devant elle.

En plus, cette croissance exponentielle de la SVOD, observable partout dans le monde, a même dopé les ventes à l’international. En 2020, malgré la crise sanitaire, la valeur des exportations de programmes audiovisuels français a atteint un niveau historique avec près de 355 millions d’euros générés (source : étude sur l’exportation des programmes audiovisuels français en 2020) soit 9% de plus qu’en 2019.

Ces ventes sont principalement portées par l’animation qui est le premier genre audiovisuel à l’exportation. C’est un véritable domaine d’excellence pour la France qui est le 3ème plus gros exportateur ET producteur de programmes au monde. Elle bénéficie d’un vrai savoir-faire reconnu à l’international et d’équipes techniques hautement qualifiées.

Les séries de fiction sont aussi très sollicitées comme en témoignent de nombreux succès français : Lupin, Le bureau des légendes, Engrenages, Dix pourcent et bien d’autres…

Une stratégie d’investissements diversifiés :

Afin d’établir une rigueur dans les choix de ses investissements les SOFICA SOFITVCINE proposent les projets à un Comité d’investissement de 15 experts du secteur qui les évaluent, en couvrant tous les aspects de la création et l'exploitation d’une œuvre ; de sa qualité artistique, les talents impliqués à son potentiel commercial sur les différents supports d’exploitation et aussi l'adéquation entre le budget et son potentiel commercial.

Les SOFICA SOFITVCINE investissent dans des productions très variées. Elles financent des films (y compris dits grand public) mais aussi des séries TV et des programmes jeunesse qui offrent une grande visibilité de recettes et qui profitent d’un potentiel fort à l’international. Depuis le 1er millésime, les SOFICA SOFITVCINE consacre une part importante de leurs investissements dans ces programmes TV et ont acquis une expérience démontrée dans ce secteur, bien avant leurs principaux concurrents.

 

La valorisation des parts d’une SOFICA dépend du succès des œuvres co-produites, mais la rentabilité ultime du placement repose essentiellement sur l’avantage fiscal obtenu.

Par ailleurs, afin de protéger le capital de ses souscripteurs, les Sofica SOFITVCINE investissent une partie de leur capital sous forme d’adossement, et bénéficieront donc d’une garantie de rachat à un prix supérieur ou égal au montant nominal de l’investissement réalisé.

Un avantage fiscal accessible :

Les sommes investies dans une SOFICA, dans la double limite de 25% du revenu net global et de 18 000€ par foyer fiscal, font l’objet d’une réduction d’impôt dès la première année. L’avantage fiscal est acquis sous réserve de conserver ses actions pour une durée minimale de 5 ans. Toutefois, la durée de blocage effective des titres sera en principe égale à la durée de vie de la SOFICA, soit 10 ans, sauf dissolution anticipée qui ne pourra intervenir qu’avec l’approbation du Ministre de l'Économie, des finances et de la relance, chargé des comptes publics, au terme d’une durée minimale de 5 ans. Depuis 2018, le taux de réduction d’impôt initialement à 30% est majoré à 48%, dans la mesure où les SOFICA SOFITVCINE s’engagent à réaliser au moins 10% de ses investissements au titre de souscription en capital de sociétés de production, et au moins 10% de ses investissements sous forme de contrats d’association à la production en contrepartie de droits assis exclusivement sur les recettes d’exploitation réalisées à l’étranger, ce qui sera encore le cas pour la prochaine SOFICA SOFITVCINE 10 (collecte 2021 – Investissements 2022).

Un investissement en SOFICA comporte des risques de perte en capital.

Les risques spécifiques aux SOFICA :

Risque lié à la crise sanitaire (risque moyen):

Dans le prolongement de la crise sanitaire mondiale liée à la Covid-19 et les nombreuses mesures de confinement, en France comme à l’étranger, ainsi que des mesures de restriction des possibilités de circulation entre pays ou à l’intérieur d’un pays ou territoire donné sont envisageables. L’attention de l’investisseur est attirée sur le fait qu’un confinement pourrait entrainer :

  • un arrêt temporaire des tournages des films, et donc un retardement du calendrier de production et d’exploitation d’un film.

  • une fermeture des salles de cinéma en France et/ou à l’étranger, et donc un arrêt ou un report de l’exploitation commerciale cinématographique d’un film, une baisse de l’exportation des films.

 

Aléas/risques du secteur de la production et de l’exploitation cinématographique et audiovisuelle:

Risques Sofica_edited.jpg

CONTACT

3 Square du Roule
75008 Paris, France

Vos informations ont bien été envoyées !